Pen calet tete dure en Breton

L’année 1978, la location Élat Israël Coral beach l’hôtel du Club Méditerranée. Eric Scuiller après 1 an et demi de maison vient d’être promotionné Chef de cuisine. En passant c’est la seule promotion que je n’ai jamais eu de ma vie car 34 ans plus tard…je le suis toujours. Toujours est t’il qu’a 21 ans j’étais le plus jeune chef de l’entreprise. Pas facile à gérer passe de second travailleur en number one organisateur. Bonne équipe des Mauriciens, un con le boucher Italien vire dans les 8 premiers jours, un super chef de village »More » un qui portait bien son nom, il aurait pu être Bigouden cuici. La saison se déroule très bien et puis un jour après le lunch More vient me voir au café : Chef on a un problème les GM inclus Gilbert Trigano (patron club) on rate leur avion a Tel-Aviv. Résultat des courses ils arrivent en bus, 7 heures !!!! La décision est prise de monter a leur rencontre et d’organiser un buffet surprise a moitie route a Bercheva. Aussi tôt dit aussi tôt fait, steak, poisons, langoustes tout ce qui passe a la grillade est réquisitionné et 1 heure + tard nous sommes sur la route. Dans le van de l’économat ; Pascal mon sous-chef, un gars du matos pour brancher la lumière et une hôtesse. Arrivée a la palmeraie 3 h + tard, on installe TOUT, des bruleurs aux grillades en passant par les tables; More arrive avec quelques GO une1/2 avant le bus. La surprise fut complète et tout le monde ravit. Et nous voila seuls pour débarrasser..Pas tout à fait nous avions 2 bouteilles de Chivas, retour sur Eilat le chef est au volant. Mon dernier souvenir je crois c’est quant j’ai traverse le pare brise et ensuite le canon d’un M16 a quelques cm de mon nez en effet l’armée avait toute suite repéré notre accident. Coma profond, fracture du crane, colonne vertébrale brisée et tous les tendons de la main gauche coupes. Aucun organe vital touche mais …trapa fal !!!! Plus de 8 jours on passe et la dans mon subconscient je me sens partir en arrière un peu comme aspire par une force invisible. Je me revois comme ci c’étais hier je suis dans l’allée chez Annick au Triskell et je suis aspire dans cette vis sans fin direction…le port. Et la je trouve la force de ralentir cette spirale arrière et remonter direction le bar petit à petit. Je serais incapable de vous dire combien de temps cela à dure ; mais la porte c’est finalement ouverte un Michel Calvez & le bosco se sont empares de moi en disant : GAST ERIC RESTE AVEC NOUS ! Au même moment je sortais de + de 8 jours de coma en Israël. Deux leçons :

A) Il n’y a aucun doute dans mon esprit que si je n’avais pas résisté à cette spirale je serais mort.

B) L’amitié ou l’amour a une force inimaginable. Tu nous a quitte il y a 3 ans Bosco et tu nous manques comme au premier jour. Ton trou dans l’eau a du mal à se refermer comme disait Brassens.

A vous et a vos familles, vos amis un excellent moi d’Avril. Eric